Infobésité? Une solution simple…

Nous subissons tous cette sensation permanente, stressante et désagréable d’être dépassés par le volume d’information qui nous dégringole dessus jour et nuit.  Ceux qui utilisent Twitter ou des fils RSS connaissent bien cette impression: il suffit d’une journée d’absence pour ne plus être dans le coup.
Ces sensations sont provoquées par le Web lui-même, qui nous bombarde sans cesse d’informations que notre cerveau de travail n’arrive pas à traiter et à ranger dans notre cerveau de stockage, celui où peuvent se forger les réflexions conceptuelles, les schémas de pensée, l’intelligence.
Et pourtant, est-ce vraiment vital de tout savoir tout de suite?  Le nouveau président est élu pour 5 ans.  Est-ce tellement important d’apprendre son nom à 19h au lieu de 20h?

Comme nous avons externalisé notre mémoire et que nous avons décidé de ne plus nous encombrer l’esprit, nous avons créé des tas d’artifices et d’outils que nous bourrons d’informations passionnantes que nous n’avons pas le temps de lire immédiatement et que nous redoutons de ne plus les retrouver quand nous en aurons davantage.

Nous avons ainsi stocké des tas de favoris dans le navigateur, dans Delicious ou dans Diigo, nous avons des tas d’articles dans Evernote ou Instapaper, sauvé des documents envoyés par mail à notre propre adresse ou dans Google Documents.

Reprenez votre liste de favoris et parcourez-la.  Il est fort probable que vous ne savez même plus pourquoi vous avez stocké la plupart d’entre eux, soit parce que vos centres d’intérêt ont changé, soit parce que vous savez comment retrouver des pages très rapidement dans un moteur de recherche.
Examinez de la même façon vos documents et articles sauvés sur votre ordinateur ou dans les nuages.

Jetez tout ce qui ne vous est pas immédiatement utile.  C’est une règle simple et efficace: ne conservez que ce qui vous sert ici et maintenant.  Toutes ces informations stockées partout occupent malgré tout votre cerveau car celui-ci doit mémoriser que vous avez sauvé telle ou telle information quelque part.  Et vous votre cerveau n’a pas mémorisé cela, c’est une bonne raison pour l’effacer…

Pin It