Alain Juillet: quelques réflexions sur l'intelligence économique

Hier matin, Alain Juillet était l’invité d’un petit-déjeuner organisé par EASI dans ses bureaux de Bruxelles.  Nous avions convié un certain nombre d’acteurs de l’intelligence stratégique/économique belges.  L’Agence de Stimulation Economique (ASE) et la CCI du Hainaut ont répondu à notre invitation.  Autour de la table se trouvaient également plusieurs partenaires d’EASI actifs et experts dans le domaine comme Jean-Philippe Mounsnier, Aline Frankfort et Jean-Louis Baudoin.

Le but de ce petit-déjeuner était d’échanger sur la perception qu’a chaque participant de ce qu’on appelle communément « Intelligence économique ».  Tout le monde était au moins d’accord sur un point: cette expression ne veut rien dire.  Elle a remplacé l’expression « veille concurrentielle ».  Le mot « économique » est beaucoup trop limitatif pour exprimer ce que chacun met dans ce concept.  Et pour compliquer le tout, en Belgique nous avons pris l’habitude de parler d’intelligence stratégique.  A cela s’ajoute un problème de sémantique qu’il n’est pas facile de trancher entre « business intelligence », « competitive intelligence », etc.

Quelques consultants ne détestent pas jouer sur le mystère entourant l’intelligence économique.  Alors que ce n’est rien d’autre que lever la tête et regarder ce qui se passe autour de soi pour anticiper les changements dans l’environnement (clients, concurrents, fournisseurs).
Chez EASI, nous avons l’habitude de dire que

l’intelligence économique est la maîtrise de tout ce qui circule dans et hors de l’entreprise et qui est susceptible d’avoir un impact sur son développement ou son déclin.

Retenons deux phrases d’Alain Juillet:

L’intelligence économique est le marketing du XXIe siècle.

L’Intelligence économique c’est du marketing puissance dix.

Nous avons également évoqué la nécessité de prendre des risques, ce qui va bien entendu à l’encontre de la sottise des gouvernants et dirigeant qui ont adopté le fameux principe de précaution, dont le seul effet est d’empêcher toute innovation et de paralyser toute initiative.

L’accumulation des règles et règlements fragilise les pays européens et les USA car nous sommes face à des pays émergents qui ne sont pas entravés par les mêmes chaînes.  Ces pays n’ont ni la même histoire, ni les mêmes contraintes que nous.  Ils sont donc redoutables car leur seul but est de rattraper au plus vite leur retard et par tous les moyens.  D’où la nécessité absolue de protéger nos données.

Les discussions ont également porté sur des nouveaux territoires explorés par l’intelligence stratégique comme la santé, le tourisme, les arts, le luxe, etc.  En partenariat avec Jean-Philippe Mousnier, EASI s’apprête d’ailleurs créer un observatoire des tendances dans différents domaines.

Ce petit-déjeuner s’inscrit dans la lignée des autres événements de même nature que nous organisons chaque mois entre Bruxelles, Liège, Lyon et Paris.  Si vous êtes expert en intelligence économique ou dans un domaine connexe ou encore dans une technique utile à des experts comme les cartes mentales ou les outils de veille, nous vous inviterons avec plaisir.  Nous limitons volontairement le nombre de participants à 12 pour garantir la liberté de circulation de la parole.

 

Pin It