Nouvelles mises à jour de Google Panda et Penguin

Chaque article qui nous parle des évolutions des algorithmes de Google  nous fait penser à une course permanente entre les  gendarmes (Google) et des voleurs (webmasters). Ces derniers jours  on parle à nouveau beaucoup des mises à jour récentes de Panda (27 et 28 septembre 2012) et de Penguin Update ( 4 octobre 2012).

Le principe de base 

Panda est l’algorithme qui permet à Google de classer les pages webPenguin Update est un filtre complémentaire que Google active de temps en temps (une fois toutes les six semaines, à peu près). Ce sont les défenseurs de la pertinence des résultats de recherches sur Google. Le principe de base étant que les résultats proposés par un moteur de recherche sont qualifiés de naturels lorsqu’ils ne sont pas issus d’une publicité, comme c’est le cas sur Adwords par exemple.

Panda vise en particulier les  »EMD »

Avec Panda, Google avait combattu les « fermes de contenu » et les comparateurs de prix. La dernière mise à jour vise en particulier les noms de domaines contenant des mots clés, correspondant à des sites au contenu de faible qualité (d’après Google, ceci n’a concerné que 0,6% des requêtes en anglais).

Penguin lutte contre les « systèmes de liens » artificiels 

Avec Penguin, Google s’attaque aux sites web qui tentent de manipuler l’algorithme du PageRank. D’après  Matt Cutts, porte-parole du moteur, Penguin est  suffisamment précis pour ne viser que des sites dont Google était quasiment certain qu’ils avaient utilisé des techniques de spam.

Parmi les nouveautés, Penguin, sanctionne justement les abus de netlinking.

Il condamne le rédactionnel qui ne sert qu’à propager artificiellement des liens insérés dans des articles sans trop de cohérence, ainsi que les liens depuis les annuaires de piètre qualité.
Le moteur proposera bientôt un outil permettant de désavouer un lien vers son site dans Google Webmaster Tool afin de déjouer les pratiques malsaines de Negative SEO qui font pointer vers un concurrent des liens vénéneux pour le faire pénaliser.

Social rating : les « like » remplacent les « links »

L’influence croissante du bouton +1 de Google+, montre que Google s’intéresse de plus en plus au vote public. Le net-liking n’a pas encore remplacé le netlinking, mais on s’en rapproche. Est-ce un aveu de faiblesse ou le résultat de la compétition acharnée qui l’oppose à FaceBook ?

La conclusion est toujours la même : L’optimisation propre et naturelle d’un site web pour les moteurs de recherche sera toujours le résultat d’un travail méthodique et organisé autour du code source, de son contenu et d’un réseau de backlinks provenant de sites en rapport avec son activité.

Pin It