Qwant, derrière le masque du Google killer français

Vous avez peut-être entendu parler du nouveau moteur de recherche français Qwant, lancé en fanfare le jour de la Saint Valentin. Une analyse approfondie faite par le bloggeur Lucien Théodore (http://goo.gl/77YJS) et reproduite ci-dessous (avec l’autorisation de l’auteur), conclut qu’il s’agit tout simplement d’un méta moteur reprenant les résultats de Bing, Twitter, Facebook, Foursquare, Amazon .

Voila un vrai travail d’investigation qui méritait d’être partagé , bonne lecture…

Voir aussi notre billet du 26 février :  Qwant répond aux accusations de n’être qu’un métamoteur

Difficile d’être passé à côté de Qwant durant ces derniers jours tellement, celui que la presse présente comme le Google et Bing killer « made in France », fait le buzz. Ce nouveau moteur de recherche créé par une équipe française s’annonce comme révolutionnaire grâce à un concept simple : chercher sur tout le Web et afficher tous les résultats sur une page. Qwant propose ainsi plusieurs zones sur sa page de résultats. Elles sont au nombre de 6 et affichent selon les résultats :

  1. Des médias : images et vidéos.
  2. Les pages Web en rapport avec la recherche, comme sur Google et Bing.
  3. Les actualités comme sur Google News.
  4. Le « knowledge graph » (orthographié étrangement « Qnowledge graph »), soit un encart donnant des précisions sur la requête si il s’agit d’une personnalité, d’un lieu connu, etc.).
  5. La recherche sur les réseaux sociaux (comme Facebook ou Twitter).
  6. Et enfin le shopping qui affiche des produits Amazon.

Qwant aurait été développé en 2 ans, en secret, avant d’être présenté officiellement au public la semaine dernière. Cela semble vraiment très peu pour un tel produit, surtout quand on compare avec le temps de développement des géants comme Google et Bing et qu’on voit la quantité de fonctionnalités que présente le moteur, dés sa sortie. Je dois avouer que j’étais très sceptique avant de tester le moteur.

La recherche Web et Live

J’ai commencé mon test par la recherche Web afin de la comparer avec Google et Bing. Ces deux étant les références actuelles pour la recherche sur le Web. J’ai donc lancé plusieurs recherches histoire de me faire une première idée. Rapidement j’ai été agréablement surpris par la pertinence des résultats. J’ai donc décidé de faire un test plus complet et de comparer les résultats avec Google et Bing. J’ai donc choisi une cinquantaine de requêtes de recherche plus ou moins populaires afin de voir comment le petit « french » s’en sortait. Et là ce fut une grosse déception pour moi. En effet Qwant ne fait qu’utiliser et resservir les résultats de Bing. Toutes les requêtes renvoient exactement les mêmes résultats que Bing (même s’il peut y avoir des microvariations qui sont tout à fait normales). Ceci fût confirmé plus tard sur Twitter par Stéphane Madelano, chef de projet chez Qwant : Qwant utilise Bing pour la recherche sur le Web et dans les Actualités (Live). C’est déjà un très gros point noir pour le moteur français, car il ne propose pas une technologie alternative, mais simplement une interface afin de servir le contenu du moteur de recherche de Microsoft. En gros : Qwant paye Bing pour afficher ses résultats. Vous pouvez voir les tarifs pour l’utilisation de l’API search de Bing ici :  http://goo.gl/W9O2H

La recherche  sociale

Cette fonctionnalité est largement mise en avant dans les articles parlant de Qwant. Elle permet de rechercher sur les réseaux sociaux et d’interagir sur les résultats tout en restant sur Qwant : répondre à un Tweet, poster un commentaire sur Facebook, etc. Pour commencer par un bon point : l’interface est bien faite. En revanche au niveau des résultats ce n’est pas aussi rose, car ils sont vraiment de mauvaise qualité : ils ne sont pas localisés (vous recevez des résultats dans des langues qui ne sont pas la vôtre) et ne semblent pas du tout classés par pertinence. Finalement après quelques recherches sur le Web je me suis rendu compte que Qwant affiche exactement les mêmes résultats que http://www.kurrently.com/. Un prototype de site de recherche sur les réseaux sociaux. Si ce dernier n’offre pas de possibilités d’utiliser une API comme Bing, en revanche on peut acheter le moteur pour l’intégrer à son propre site pour $999. C’est, peut être, ce qu’a fait Qwant avant de lui rajouter une interface permettant l’interaction. Ou alors ils utilisent simplement les mêmes API que Kurrently et les classent de la même manière. Le lien pour acheter le code source se trouve dans le pieds de page de http://www.kurrently.com/ et s’intitule « API/Source code ». Cela devient un peu inquiétant, car, pour l’instant, sur les 3 premiers blocs de recherche, aucun n’a été développé par Qwant, et donc aucun n’est « made in France » comme annoncé par la presse.

Le shopping

La colonne shopping et plus facile à analyser : elle ne contient que des résultats provenant d’Amazon.com sous la forme de liens d’affiliations. On peut facilement comparer les résultats donnés par Qwant avec ceux données sur Amazon.fr. On s’aperçoit ainsi qu’ils sont identiques, ou quasiment. Encore une preuve que Qwant utilise l’API search d’Amazon et pas une technologie développé en interne. Amazon product advertising API : http://goo.gl/KC80O . Cela veut simplement dire que cette colonne utilise le moteur de recherche d’Amazon pour vous afficher des produits provenant de ce site. Quand vous achetez un produit en passant par un de ces liens, Amazon reverse un pourcentage sur la transaction à Qwant. Donc toujours pas de technologie de recherche « Made in France » dans Qwant. Il s’agit juste d’une liste de liens publicitaires sans aucune valeur ajoutée pour l’internaute.

La recherche de médias

Un point vite testé : il suffit de faire un click-droit sur une vignette puis de l’afficher dans le navigateur pour se rendre compte que toutes les vignettes sont hébergées chez Bing. Donc là encore c’est l’API de Bing qui est utilisée pour la recherche, et pas du tout une technologie maison développée par Qwant.

Le « knowledge graph »

Là encore la technologie employée est simplement vérifiable. Après quelques tests sur des requêtes simples de noms de lieux et personnalités on se rend compte que Qwant ne fait que récupérer le résumé (celui de la colonne de droite) de Wikipedia et l’intégrer dans sa page. Ce n’est donc pas une technologie ni une base de connaissance développée par Qwant mais une simple agrégation du site Wikipedia.org.

Triste conclusion

En fin de compte, Qwant est une vraie déception, ce n’est pas un nouveau moteur de recherche et encore moins un moteur de recherche « made in France ». C’est juste une interface, pas forcément réussie, qui utilise les technologies d’autres moteurs de recherche et qui les présente à sa sauce. Beaucoup de buzz pour peu de chose et un pauvre travail d’investigation de la part de la presse spécialisée. Par contre, j’ai une question sérieuse : pourquoi cela a demandé 2 ans pour créer ce site, sachant qu’il n’y a aucune réelle technologie originale ni innovante dérrière ? Si vous avez des idées à ce sujet, n’hésitez pas à les laisser en commentaire ! Je vous invite tous à ne pas prendre pour argent comptant ce que je dis dans cet article et à tester et comparer les résultats par vous-même afin de vérifier l’information ! Vous avez toutes les clés pour le faire. PS : cet article est libre de droit et peut être distribué, copié, dupliqué, modifié comme bon vous semble. PPS : Je n’ai pas fait de lien vers Qwant.com dans l’article car ce n’est pas autorisé par leurs conditions d’utilisations. Ces dernières, sont par ailleurs très instructives à parcourir. Mise à jour : J’ai modifié légèrement l’article afin d’être un peu plus précis, par exemple en donnant des liens vers les API probablement utilisés (en tout cas, celles qui renvoient des résultats de recherche identiques à ceux qu’on trouve sur Qwant).

Lucien Théodore (http://goo.gl/77YJS)

Pin It