Google nous fait cultiver la résilience

Chaque fois que Google lance une nouvelle application, des centaines de milliers de gens se jettent dessus pour l’adopter et la faire connaître à leurs amis et collègues, assurant ainsi eux-mêmes la promotion de l’outil.
Ensuite, selon des critères parfois obscurs, Google décide « mettre le paquet » pour développer l’application ou de la laisser mourir.  Si le critère principal est le nombre d’utilisateurs, on ne comprend vraiment pas ce qui a poussé Google a annoncer la fin de Google Reader (http://goo.gl/LOLkL) car celle pose des graves problèmes à tous les professionnels qui ont proposé cette solution à leurs clients ou qui simplement l’utilisent pour leur propre veille.

Quelques jours plus tard, Google annonce le lancement de Keep (https://drive.google.com/keep/), une application présentée (hâtivement) comme concurrente d’Evernote.

Est-ce par pur cynisme, est-ce pour vérifier la fidélité des gens qui leur font (faisaient) confiance ou pour tester notre capacité de résilience?
Car il y a là un vrai problème.  Que se passerait-il si Google décidait de fermer des services comme Drive?  Ou si tout d’un coup Gmail devenait obligatoirement payant?  Rappelons-nous quand même que Google a déjà supprimé pas mal de services.

Pourquoi leur faire confiance pour Keep?  L’arrogance et le mépris que montre Google quand il décide de laisser tomber un service ne vont-ils pas finir par refroidir l’ardeur des plus inconditionnels?

Pin It