Que sont les annuaires devenus?

easi-yellow-pages

Comme l’écrivait ici Salvo (http://goo.gl/IAIDQw), il n’y a pas que Google dans la vie.  Outre les moteurs qu’il présentait dans son billet, il y en a bien d’autres.  Et surtout, il n’y a pas que des moteurs pour trouver de l’information: il y a les annuaires, les métamoteurs, les bases de données, les encyclopédies, etc.

Les annuaires sont un peu les dinosaures du web et datent d’une époque où certains se lançaient encore avec panache dans l’indexation du web.  On se souvient de Yahoo! qui essaie de tenir la tête hors de l’eau.  Qui l’utilise encore?  Comment s’y retrouver dans ce portail qui prétend fournir en vrac l’horoscope du jour, les cours de la Bourse, la météo…  Pour pallier cela Yahoo! a bien créé une page spéciale pour son annuaire (http://dir.yahoo.com) et pour son moteur (http://search.yahoo.com) construit de bric et de broc.

Il y a aussi l’Open Directory Project (http://www.dmoz.org) dont on ne perçoit pas clairement les mises à jour (si elles existent).

Qu’il s’agisse de Yahoo! ou de l’ODP, chacun sait que le combat est perdu contre la toute puissance de Google.  Et qui aurait encore le courage de créer un nouvel annuaire?
Et pourtant!  Les annuaires offraient une richesse que n’offre aucun moteur.  Mais ils demandent une certaine culture dont l’absence est plus facile à masquer avec un moteur.

Les annuaires existant toujours, mais ils sont passés aux mains de particuliers.  C’est ce qu’on appelle les folksonomies.  On les retrouve dans le social bookmarking avec des outils tels que Delicious ou Diigo qui permettent à des individus de partager leurs trouvailles.

Pin It